Tactique Fourchette et Attaque Double

Sommaire:

  • Découverte d’une attaque double
  • Découverte des fourchettes
  • Fourchette Royale
image de la video

Vidéo accessible sous abonnement.

Pour ceux qui préfèrent la version texte:

Coucou, c’est Fafache.

Donc, nous allons voir cette fois-ci:

les attaques doubles

et les fourchettes.

Alors, qu’est-ce que c’est une attaque double ?

C’est quand une pièce attaque deux pièces en même temps, tout simplement.

Diagramme d'échecs 01 position de départ

Alors, par exemple, là il y a le Fou qui attaque la Tour, et c’est aux Noirs de jouer, tout va bien. La Tour va se mettre là.

Et depuis là, elle va attaquer et le Fou et le Cavalier. Donc, on fait deux choses en même temps, c’est une excellente chose en tactique, faire deux choses en même temps, faire plusieurs choses en même temps implique qu’il faut plusieurs réponses en même temps. Mais autant attaquer deux fois, c’est souvent plus facile que de défendre deux fois, surtout quand on est contraint par une double attaque, voilà.

Donc, voici le principe d’une attaque double :

Et donc là, on peut voir que le Cavalier peut partir, mais alors le Fou est pris. Et à l’inverse, le Fou peut partir comme ceci, mais dans ce cas-là, c’est le Cavalier qui saute. Et dans cette position, c’est impossible de sauver tout. On peut protéger le Fou, et alors c’est le Cavalier qui saute. On peut protéger le Cavalier, mais alors c’est le Fou qui saute. Voilà, il n’y a pas de bonne solution ! Désolé.

Donc ça, c’est le principe d’une attaque double.

Donc, nous allons voir maintenant le principe de:

la fourchette.

Donc, une fourchette, qu’est-ce que c’est ? Eh bien, c’est une attaque double qui est donnée par soit un pion, soit un Cavalier, voilà comme ceci.

Diagramme d'échecs Fourchette 02 une fouchette

Donc là, on voit que le Cavalier attaque et le Roi et le Fou. Et une des caractéristiques du Cavalier, c’est qu’il peut attaquer, il ne peut pas et attaquer et être attaqué. C’est une pratique stratégique. Et à l’inverse, il peut être attaqué et ne pas attaquer.

À part les Cavaliers, comme il a un mouvement très particulier, c’est pour ça qu’il s’appelle une fourchette plutôt qu’une attaque double, et dans le même état d’esprit, le pion, c’est une fourchette puisque la prise du pion contre la pièce par exemple, on va voir ça tout à l’heure, n’est que très rarement rentable. Donc, dans ce cas-là, nous avons un Echec. Donc, le Roi va se remettre devant. Et puis là, ça va être compliqué pour les Noirs.

Enfin bon, là, c’est des finales, c’est autre chose. Mais bon, dans ce cas-là, les Blancs ont gagné. Vous ne savez pas pourquoi ? Eh bien, il y a un cours sur le site pour ça.

Enfin bon ! Donc, nous avons vu les fourchettes avec un Cavalier. Nous allons voir

les fourchettes avec les pions.

Diagramme d'échecs Fourchette 03 bientot une fourchette de pionDonc, voici un exemple de fourchettes avec des pions. Donc, on met un Echec, et qu’est-ce qu’on voit ? On voit qu’il y a une menace et sur le Roi, et sur la Tour. Donc, le Roi ne peut pas faire grand-chose. Il ne va peut-être pas faire ça, il va faire plutôt ça. Hop là ! Et le pion reprend. Et là, pour les Blancs, c’est gagné. Il faut choisir, soit on bloque ce pion, soit on bloque ce pion. Voilà.

Donc, à la question “Est-ce que pour que ce soit qualifié de fourchette, il faut que ce soit avec un Roi ?” Pas du tout. Ça peut être avec deux pièces. Je vais vous montrer un exemple.

Diagramme d'échecs Fourchette 04 une fourchette

Donc, voici un exemple où il y a une fourchette avec un pion contre deux pièces. Donc, le pion va attaquer simultanément le Fou et le Cavalier. Et donc, dans ce cas-là, souvent ce que les Noirs font, c’est quitte à perdre une pièce, autant que ça rapporte, voilà.

Et donc là, ça va être compliqué de le protéger. Enfin bon, il y a plein de trucs qui font qu’on arrive à s’en sortir indirectement. Ce pion-là, pour l’amener à Dame, ça va être compliqué !

Enfin bon, on n’est pas là pour faire des finales de pièces légères, voilà.

Donc, nous avons vu les attaques doubles, nous avons vu les fourchettes. Pour être complet, il faut voir ce que c’est une fourchette royale. Je vais vous montrer ça.

Diagramme d'échecs Fourchette 05 position a risque

Donc, voici par exemple le principe d’une fourchette royale. Alors, dans ce cas-là, hop on va prendre la Tour. Alors, on était à égalité juste avant. Donc, il y avait une Dame contre une Dame, une Tour contre une Tour, un Cavalier contre un Fou. Voilà, c’est à égalité, quoi. Donc, on prend une Tour contre une Dame. Vous allez me dire oui, mais ce n’est pas rentable ! Une Tour, ça vaut 5 points, une Dame ça vaut 9. On a tout perdu, quoi ! Et derrière, il y a un Echec : une fourchette royale.

Et la fourchette royale, c’est quand on attaque et le Roi et la Dame. Alors, que ce soit avec un Cavalier ou alors avec un pion, le Roi ne peut pas reprendre correctement ni le Cavalier… Donc, dans ce cas-là, il ne peut pas reprendre du tout, et même si c’était un pion, on ne pourrait pas reprendre correctement. Et donc, c’est souvent un coup, sinon gagnant au moins qui rééquilibre fortement une position. Donc là, on a récupéré une Tour, ce n’est pas encore gagné mais ça va déjà beaucoup mieux, quoi.

Donc, une fourchette royale, c’est ça. Alors, qu’est-ce qu’il faut regarder pour une fourchette ? Une des caractéristiques de la fourchette, si vous regardez bien, voilà, les deux pièces qui sont mises en Echec, enfin qui sont menacées par une fourchette, sont sur des cases de même couleur. Donc, si deux cases ne sont pas de même couleur, si le Roi était sur une case blanche par exemple, on ne pourrait pas faire une fourchette, ce n’est pas possible de faire une fourchette avec deux pièces qui sont sur des cases de couleurs différentes. Donc, il faut apprendre à repérer les cases communes.

Diagramme d'échecs Fourchette 06 des cases de fourchettes

Quand il y a deux pièces, il faut que dans votre tête, ça fasse un petit “tut-tut” quand deux pièces importantes sont sur des cases de même couleur. Ça marche pour les fourchettes avec les pions, ça marche aussi avec les fourchettes avec les Cavaliers. Et à partir de là, il faut se poser la question : où est-ce qu’il faudrait mettre un Cavalier pour menacer les deux pièces. Et à partir de là, on commence à avoir des possibilités que l’adversaire ne voit pas forcément. Voilà. Il faut établir un plan tactique pour amener à une position gagnante.

Vous voyez là, le Roi et la Dame, d’ailleurs on aurait pu le faire de suite, avant de prendre la Dame là. Mais le problème, c’est que le Cavalier est cloué. Voilà, c’était ça.

Donc, on a bougé la Dame, et à partir de là, on pouvait prendre. Mais tant que, vous voyez là, il y a de quoi se poser des questions sur une fourchette. Une pièce sur une case noire, une pièce sur une case noire. Et si on met un Cavalier là, les deux pièces seront attaquées. Et ça marche avec le Roi et la Dame, ça marche aussi avec le Roi et la Tour. Et ça marcherait s’il y avait une autre pièce là, etcetera.

Donc, il faut apprendre à repérer les cases de fourchette. Voilà. C’est un exercice à faire régulièrement. Posez-vous la question : où est-ce qu’il faudrait mettre un Cavalier pour faire une fourchette. Donc, quand il y a deux pièces sur des cases de couleur identique, où est-ce qu’il faudrait mettre une pièce pour les attaquer. Et donc, dans certains cas, ça ne marche pas.

Vous voyez là, la pièce est sur une case noire. Et il y a deux cases où si on mettait un Cavalier, on mettrait une fourchette. Voilà, elles sont là. Tac, tac. Là, il y a une case de fourchette, voilà. Euh, où est-ce qu’il y a encore des cases de fourchette ? Il y en aurait une là-bas, voilà. C’est tout pour les cases de fourchette.

C’est un mécanisme réflexe à apprendre de repérer les cases de fourchette. Et à partir du moment où on repère les attaques, avant, on a beaucoup plus de facilité à trouver les conditions qui font que ces attaques se réalisent. Puisqu’on les a déjà vu, on dit ah, si on fait ça, il va se passer ça, il va se passer ça. Et hop, on commence à réfléchir trois, quatre coups à l’avance sans réfléchir, et si on fait ça, et si on fait ça, voilà. On simplifie la réflexion.

Voilà pour ce petit aparté pour comment réfléchir aux échecs. À bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *