Tactique Exemples de clouages #2

Image montrant la vidéo du cours
Vidéo accessible sous abonnement

Pour ceux qui préfèrent la version texte :

Coucou, c’est Fafache !

Donc, nous allons voir encore quelques exemples de clouages et comment exploiter un clouage, comment s’en servir, quoi.

Exemple 1

Alors, c’est une partie, une partie… voilà. Qu’est-ce qu’on peut constater ?

Diagramme montrant un exemple de tactique de clouageAlors, quelques coups avant là, là comme ceci, hop, le Cavalier est venu là en disant attention, j’ai une Dame qui pointe vers là, donc il va falloir faire quelque chose, débrouille-toi, mais moi, je peux te mater.
Voilà, la réponse a été ça, et nous en arrivons là.

Alors, comment exploiter ? Ça, c’est… Enfin, celui-là, il est vite cloué parce que dès que la Tour, elle va bouger là, celui-là, il est cloué. Donc, celui-là, il ne pourrait pas encore reprendre, mais voilà, ça commence à devenir tendu. Et on va prendre l’autre. Cavalier H7, mais le Roi prend H7.

Et qu’est-ce qu’on va constater là maintenant ? Eh bien, on peut constater qu’on peut mettre un échec.

Diamgramme montrant le déplacement de la TourAlors, vous allez me dire oui, mais on peut reprendre. Ah oui, non mais non, on ne peut pas reprendre parce que sinon, il y a la Dame derrière. Donc, ce pion est cloué. Hop, on va là, pas de souci, échec ! Allez, fais quelque chose, n’importe quoi, on s’en fiche.

Alors, maintenant, ce pion-là, il pourrait reprendre là et il pourrait reprendre là. Seulement, s’il reprend là, il y a la Dame qui prend le Roi. Et le pion ne peut pas reprendre parce qu’il y a le Fou qui menace le Roi. Donc, ce pion est cloué. Ce pion est fortement menacé, voilà, on est coincé. Alors, on fait un échec, comme ça, on délivre le clouage de là et la Dame n’attaque plus, et derrière, on prend le pion.

Mais si on fait le calcul matériel, donc (9 + 3 + 2) x 5 = 22 ; et puis là, on a 10 + 16, 19. 19 à 22. Bah voilà, ça va être compliqué maintenant pour les Noirs.
C’était un premier exemple.
On va voir ça dans un autre exemple maintenant.

Exemple 2

Alors, voici un autre exemple. Alors, il n’y a pas l’air de se passer grand-chose. On constate juste que ce pion est cloué, loin de bien folichon, ce n’est pas énorme.

Diagramme montrant l'exemple n°2Mais en exploitant cette situation, on se retrouve dans des trucs assez compliqués parce que regardez, hop là. Donc là, on a le Fou qui cloue ce pion. Donc, il y a la Tour qui vient en rescousse. Ok, très bien.

On vient attaquer là en disant fais gaffe, je peux prendre des trucs et des machins. Et si par un hasard sans précédent, la Tour vient à sauter, il y a toujours une Tour là derrière qui peut faire mal. Très bien, on va amener la Dame. Et regardez la Dame, enfin le Cavalier maintenant, il est cloué. Donc, il est cloué contre quoi ? Contre juste la Dame. Donc, on s’en fiche puisque si la Dame prend le Fou, le Cavalier peut toujours reprendre, la Dame ne sera plus là.

Donc voilà, c’est assez tendu, mais maintenant, si tu veux bouger le Cavalier, il va falloir faire quelque chose. Ah !
D’un autre côté, le Fou pourrait reprendre le pion parce que ce pion est cloué. Vous voyez, il y a des clouages un peu partout. Mais bon, les Noirs ont d’autres problèmes à résoudre avant.

Voilà, on va attaquer. Donc, on sort du clouage puisque là, si on reprend d’abord, on prend avec le pion. Et on attaque. Et alors là, on pourrait se dire oui, c’est bon, on est sorti du clouage, il y a une défense, deux défenses, c’est bon là, il n’y a plus de menace de mat, donc on va pouvoir attaquer là. Oui, ok, vas-y, il n’y a plus de défense !

Enfin si, il y a deux défenses, mais quand la Dame va reprendre là, le Fou va reprendre et on va pouvoir récupérer la Tour. Et on a toujours ce pion passé là et qui va devenir facile à protéger.

Et alors là, on pourrait se dire oui, mais la Dame, elle pourrait partir. Oui mais non, la Dame, elle est clouée aussi.
Et c’est tout un réseau de clouage qui empêche de jouer les bons coups puisque là, il suffirait de mettre la Dame-là, ce pion saute, le Roi, s’il était autre part, le pion saute, et voilà, on se retrouve avec une Dame contre un Fou, c’est foutu.
Mais dans ce cas-là, puisque la Dame ne peut pas faire autre chose que rester là ou prendre ou bouger le Roi, bah voilà, ça limite forcément les possibilités.

Donc, la Dame reprend le Fou. Et là, ça va être très simple, on va avancer le pion, le Roi va aller quelque part par-là, on va ré-avancer le pion et nous aurons deux pions passés liés qui n’attendent qu’une chose, c’est pouvoir aller à Dame. Cet avantage est énorme ! Il y a un des pions qui va forcément aller à Dame. Tôt ou tard.

Diagramme montrant le déplacement du PionEt si vous vous dites oui mais on pourrait reprendre le pion. Si vous ne connaissez pas la règle du carré, je l’ai expliqué dans le cours sur les finales avec deux pions passés liés.
Voilà pour cet exemple. Allez, on passe à la suite.

Exemple 3

Alors, voilà encore une position avec plein de clouages un petit peu partout. Alors, qu’est-ce qu’on constate ?

Diagramme montrant un exemple de tactique de clouageOn constate que cette Dame, elle est très, très loin du jeu, et qu’il ne se passe rien pour elle. Donc, on a un avantage matériel, on peut se permettre parce que toutes les pièces, elles sont là au centre, ça attaque là, le Roi est au centre.
Donc, on peut se permettre, si l’attaque porte jusqu’au bout, de sacrifier une pièce. Ce n’est pas bien grave puisque la Dame, ce n’est pas qu’elle ne sert à rien, mais presque. Cette Tour, ce n’est pas qu’elle ne sert à rien, mais presque. Voilà. Tandis que là, toutes les pièces sont les unes derrière les autres en train d’attaquer le centre. Tout ce qui est devant le Roi là, qui tentent de se sacrifier.

Bon, alors, qu’est-ce qu’on constate ? On constate que si ce Fou, pour une raison X ou Y, devait partir, ce pion serait cloué. Donc, il y a une Tour qui est en face du Roi.
Il y a une autre Tour qui vient attaquer dans ce sens-là, ça commence à faire beaucoup.
Il y a le Fou qui va pouvoir venir rentrer là-dedans comme dans du beurre.
La Dame, elle n’est pas loin. Elle peut aller là, elle peut revenir au milieu, tac, tac, tac, tac, et limite clouer cette pièce-là. Ça commence à faire beaucoup. La Dame, elle est inutile là.
Donc, il y a un avantage matériel au niveau local. Au niveau global, toutes les pièces, non, il n’y a pas d’avantage, mais voilà. Donc, on peut se permettre de sacrifier une pièce.

Alors, qu’est-ce qui se passe du fait que la Tour a pris le Fou ? Là, il peut y avoir un échec. Et donc, derrière, il peut y avoir des joyeuseries. Donc, on peut se permettre de prendre ce pion.
Si tu prends, il y a échec et mat. Il n’y a pas échec et mat tout de suite parce qu’il y a la Tour qui revient et on reprend avec la Tour. Ok ?

Donc, puisque le Fou sera cloué entre la Tour et le Roi. Donc, on vient protéger le Fou, on va pouvoir remettre une pièce. Et actuellement, s’il y a échec, le Fou vient là et il n’y a pas de souci. Et si le Cavalier prend le Fou, on revient avec le Cavalier ou alors on prend avec le Roi, tout simplement, et puis il n’y a pas de souci.

Voilà, c’est ce qui se passe. Mais on constate que le Roi est bloqué. Là, il ne peut pas remonter. Donc, il pourrait reculer. Mais si on recule, cette pièce sera clouée et on pourra la reprendre. Donc, ce Fou-là, il est cloué, il ne sert plus à rien.

Donc, on vient attaquer le Roi en disant ce serait bien que tu bouges, je voudrais que tu ailles quelque part autre part que là. Hop, et on attaque. Derrière, il y a la Dame qui est menacée par le Cavalier aussi. Donc, est-ce que ça vaudrait le coup de prendre avec le Cavalier. Eh bien, pas forcément. Et puis, derrière, on pourrait reprendre.

Si le Cavalier prend le Fou, je vais calculer ça. Alors, pour en revenir là, si le Cavalier prend comme ceci, le Cavalier revient là, le Roi est obligé de bouger, et là c’est la fête. Il n’y a pas grand-chose à faire, il peut… non, il n’y a rien à faire. Il peut revenir là, mais alors celui-là sera cloué et donc, on ne peut pas ressortir là et c’est échec et mat. Donc voilà.

Et sinon, si on se met directement là, la Tour prend, et derrière il y a le Fou, donc le Fou qui se met devant, la Dame qui vient attaquer, échec là, et puis il y a un baiser de la mort.
Donc si, je vous montre, si plutôt que de faire ça, le Roi vient là, on met d’abord l’échec, on protège et hop, pas de souci mon gars, bouge un petit coup. Là, on ne peut pas aller là, là, là. Là, c’est foutu. Voilà, et nous avons un baiser de la mort.

Donc, à partir de là, c’est foutu, quoi. Voilà.
Tout ça, à partir de clouage, enfilade, etcetera, etcetera, menace de mat de par-ci, de par-là.

Voilà. Et donc, nous, on en était là. Donc là, c’est un échec et mat tout simplement.

Diagramme montrant une tactique de clouageNon là, c’est un abandon, puisque de toute façon, le Roi ne peut pas, enfin techniquement, le Fou peut se mettre devant, mais le Cavalier va reprendre, et après il va aller autre part, là par exemple. Et ça va tout couvrir, ça va créer un couloir, c’est foutu, quoi.
Vous voyez, comme ceci, hop, on reprend et là, il n’y a pas grand-chose à faire. On ne peut rien mettre entre, on ne peut pas attaquer par derrière.

On ne peut pas voilà, quoi qu’il se passe, à part en mettant des échecs, éventuellement comme ça, on peut s’en sortir. Voilà, éventuellement. Ça résout le problème, c’est vrai, c’est vrai. Mais, ça n’empêche pas que derrière, je ne sais pas moi, si les Noirs font ça par exemple, on se retrouve quand même avec les Blancs qui ont un avantage. Il y a, hop… Et là, il y a toujours le réseau de mat, ça n’a pas bougé. Donc, même en mettant ceci, voilà, hop on prend là. Non, y a pas besoin, mauvaise idée ! Échec et mat ! Voilà.

Donc, quoi qu’il se passe, le Roi est bloqué, il n’y a rien à faire, c’est foutu. Le couloir est constitué de menaces des autres pièces. Il faudrait pouvoir attaquer une des pièces, et ce n’est pas possible.
Voilà, un autre exemple.

Exemple 4

Alors, qu’est-ce qu’on pourrait dire là-dessus ? Alors, pour l’instant, il n’y a pas de clouage particulier, si ce n’est ce pion qui est cloué avec la Dame derrière, mais ce n’est pas rentable, quoi. Donc, il n’y a pas vraiment de clouage.
Donc, pour l’instant, il ne se passe pas grand-chose.

Diagramme montrant un exemple de tactique de clouageEnfin, si ce Cavalier-là, s’il vient là et qu’on reprend, il y a un mat. Donc, il y a un mat avec cette Tour. Donc, il n’y a pas grand-chose à faire.
Donc, il faut le prendre, mesure de sauvegarde. Alors là, on n’a pas échangé les Dames. Voilà. Et là, on propose un échange, on vient défendre. Et là, vous voyez que le pion-là, il est cloué avec la Dame, donc il ne peut pas reprendre. Donc, on vient attaquer. Et là, ça devient très critique, parce que ce pion, maintenant, il est cloué, il ne peut toujours pas reprendre et il y a toujours des menaces de mat là.

Là, si la Dame descend sur le pion, enfin il y a encore le Fou qui protège, mais ça limite quand même, quoi. Il y a encore la Tour qui protège. Et là, hop, un petit échec, un petit échec, et on vient prendre. On prend encore un pion.
Et donc là, si le Roi reprend comme ceci par exemple, il y a un échec. Donc là, le Roi va où il veut, on s’en fiche, il peut aller là, échec ! Il n’y a pas grand-chose à faire, échec et mat. Donc, c’est foutu pour les Blancs.

Il pourrait éventuellement y avoir un réseau de mat là, mais même pas. Il y a le pion qui va avancer, sinon non, non, ça ne passe pas, un réseau de match nul, quoi. Ça ne passe pas.
Voilà. Donc, on a exploité des clouages à droite, à gauche. Hop ! Là, il y en a un. Donc, ça permet de prendre un pion. Là, il y en a un autre. Il est toujours là, hop ! Et on attaque, et on récupère du monde, etcetera, etcetera.
Voilà pour cet exemple. On en voit un dernier ? Allez, on est comme des fous, fous, fous !

Exemple 5

Alors là, c’est un autre exemple ; alors là, c’est du haut niveau, hein. Il y a Grischuk. Alors là, on est dans les hautes sphères.

Diagramme montrant un exemple de tactique de clouageAlors, qu’est-ce qu’on constate ? Ce pion est cloué derrière ce Fou, mais il y a un autre clouage dans ce sens-là qui menace le Cavalier. Voilà. Si la Dame bouge, attention, qu’est-ce qui se passe ? On va attaquer ce pion, donc il faut protéger. C’est compliqué.
Alors, si on regarde bien ce pion-là, c’est compliqué. Alors, ce pion est protégé par ce Fou. Il y a un principe de surcharge là. Ouh, c’est compliqué tout ça.
Alors, on aurait pu prendre le pion avec la Tour, mais ça ne marche pas forcément, il y a mieux à faire.
Alors, qu’est-ce qu’on a là ? On échange la Tour.

Donc maintenant, il est plus ou moins cloué. Si ce Cavalier partait là, c’est un baiser de la mort dans la foulée. Donc, c’est encore tendu. Donc, on va attaquer ce Cavalier.
Et si la Dame reprend, on prend le Cavalier, donc c’est Cavalier contre Cavalier, donc tout va bien. Et derrière, il y a toujours la menace de mat, et ça va être de plus en plus compliqué de l’arrêter.
Donc, on essaie de sortir de cette spirale infernale, hop, voilà.
Donc, là maintenant, on a le Cavalier qui est cloué, et toujours cette menace.
Hop, on prend le Fou et on crée le chaos. Donc, les Noirs ont choisi d’avancer le pion, comme ça on libère la menace, mais maintenant, c’est ce Cavalier qui est cloué vis-à-vis de la Dame.
Donc, on va attaquer ce Cavalier. Vous voyez ? Et don là, il n’y a plus rien à faire.

Si la Dame prend, on reprend et le Fou ne pourrait pas reprendre, on va derrière. Si le Roi bouge, là par exemple, eh bien on va reprendre le Cavalier, on va reprendre le Cavalier avec la Dame, échec, la dame va reprendre, échec. Et puis là, on sait reprendre. Alors, il faut juste se méfier qu’il n’y ait pas le pion qui arrive à Dame, quoi. Voilà. Bah, au niveau tactique, c’est compliqué là.

Voilà, c’étaient quelques exemples sur comment exploiter un déclouage. Et vous voyez que vu que ça limite les coups de l’adversaire, eh bien, ça offre des possibilités qu’on n’a pas normalement

Voilà, à bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *