Ouvertures Notions

Photo montrant la vidéo du cours
Vidéo accessible sous abonnement.

Pour ceux qui préfèrent la version texte :

Coucou ! C’est Fafache !

Nous allons voir cette fois-ci quelques notions techniques, enfin du vocabulaire pour comprendre un petit peu la suite des cours sur les ouvertures.

Alors, déjà, on va voir l’évolution des différents styles aux échecs.

Donc, quand les règles du jeu actuelles ont été instaurées au XVIIème siècle il me semble ou au XVIème siècle, enfin bon il y a longtemps quoi, un seul mot d’ordre, c’était capturer le Roi adverse. Pour cela, tout était permis et le seul mot d’ordre c’était attaquer, attaquer, attaquer, et puis que le meilleur gagne.

Donc, ça ouvrait des jeux assez ouverts où le sacrifice était légion, c’était de la tactique, de la tactique, de la tactique.

La théorie des finales, il n’y en avait pas. Et en milieu de jeu, c’était de la tactique et les ouvertures. Bon, il y avait quelques ouvertures qui étaient connues et encore, mais c’était du jeu tactique, quoi. Voilà.

Au cours du XIXème siècle, il y a des joueurs tel Steinitz, le premier champion du monde officiel qui sont venus avec des principes. Alors, par exemple, un jeu ouvert c’était, une ouverture typique, c’était le Gambit Roi quoi ! Et donc là, on attaque, on attaque, on attaque. Donc, on tente de reprendre le contrôle et tout ça, etcetera.

Diagramme montrant un Gambit RoiBon, on revient à Steinitz. Steinitz est arrivé là-dessus et a dit, oui, non mais attaquer le Roi, c’est bien, mais peut-être qu’il y a moyen de construire un jeu et d’arriver à un jeu beaucoup plus bâti. Et plutôt que de gagner en prenant le Roi plus vite que l’adversaire, mieux vaut affaiblir l’adversaire, affaiblir, affaiblir et puis gagner finalement sur des principes simples. Enfin, à la fin, quand il ne reste plus grand-chose quoi.

Donc, à partir de là, le style de jeu a changé puisque forcément, avec ses nouvelles idées, Steinitz a joué des coups comme des cas, ça ne se jouait pas avant, ça n’existait pas.

Diagramme montrant un coup de SteinitzPourquoi faire ? C’est un jeu… Ce n’est pas le meilleur coup puisque le meilleur coup, c’est E4 puisqu’on peut sortir le Fou, la Dame, les Cavaliers et il n’y a plus que ce Fou qui a du mal à sortir et ça ne va pas trainer. Donc, des coups comme D4, c’était impensable à l’époque du jeu où le seul but, c’était d’attaquer le Roi adverse.

Alors, cette époque où l’on attaquait beaucoup, beaucoup, c’est ce qu’on appelle l’époque romantique. Donc, le but, c’était d’attaquer et arriver à un jeu qu’on appelle classique. Donc là, le but, c’est de créer un jeu construit. Donc, il est apparu des principes de stratégie. Avant, il n’y avait que de la tactique. Donc, il y a l’arrivée de la stratégie, donc on améliore le potentiel d’attaque des différentes pièces et en fonction de ça, on essaie de réduire le potentiel d’activité des autres pièces. Et soit on gagne à ce moment-là avec une attaque tactique pour finir, soit on arrive dans les finales.

Donc, les finales sont apparues dans l’étude, les gens ont commencé à rêver en finale quand il ne restait plus qu’un ou deux pions, ou un pion et une Tour, ou des trucs comme ça, voilà.

Et ça, c’est arrivé jusqu’à l’époque moderne, c’est-à-dire vers le début du XXème siècle. Mais vraiment le début du XXème siècle, la toute fin du XIXème et le début du XXème siècle.

Et là est arrivée l’époque moderne. Alors, qu’est-ce que c’est l’époque moderne ?

C’est une époque où les romantiques et les classiques s’accordaient sur le principe que ceux qui contrôlent le centre ont un avantage sur le jeu. Et les modernes sont arrivés en disant oui bon, alors le centre, certes c’est important, mais il y a peut-être moyen de le contrôler avec autre chose que des pions.

Donc, actuellement avec l’époque classique, il y avait tout ce qui était début ouvert et semi-ouvert, donc ça c’est un début ouvert.

Diagramme montrant un début ouvert.Semi-ouvert, c’est E4 et autre chose. Par exemple, la française, c’est un début semi-ouvert, voilà.

Diagrame montrant un début semi-ouvert.Et avec l’époque classique, il est arrivé des ouvertures telle l’ouverture du pion Dame ou peut-être le Gambit Dame comme ceci, qui n’est pas vraiment un Gambit.

Diagrame montrant une ouverture Pion DameMais également des coups comme l’anglaise qui attaquait par les côtés. La classique, c’est ça. Sinon, il y avait aussi l’Hollandaise. Voilà, comme ceci, c’est pareil, on attaque le centre par les côtés. C’est des jeux de flancs comme on dit, voilà.

Diagrame montrant l'ouverture HollandaiseEt avec l’époque moderne sont arrivés des styles de jeu totalement différents. Par exemple, qu’est-ce que nous avons ? Nous avons la hongroise. La hongroise qui commence comme ceci.

Diagramme montrant l'ouverture HongroiseÇa, pour un joueur classique ou un joueur romantique, c’est une ineptie, ça ne devrait pas exister. Alors que dans les idées classiques, ça se joue, il y a moyen de contrôler le centre en mettant le Fou par exemple, donc là, forcément les classiques, ils vont prendre le centre et on va attaquer le centre sur les côtés. Et le but, ça va être d’attaquer là. Ça ne va pas forcément d’attaquer directement le centre, voilà.

Alors, là c’est la hongroise, hein. Mais il y en a plein d’autres. Il y a le moderne, il y a Alekhine, la Alekhine ça marche, c’est E4, Cavalier F6, alors, ça c’est une ineptie aussi pour les classiques et les romantiques parce que déjà, le Cavalier doit jouer deux fois, il va jouer une troisième fois, regardez ce centre, les Blancs ont pris le centre. Eh bien, dans la Alekhine, oui, oui ça se joue, il n’y a pas de souci, tout va bien. On va commencer à attaquer. Alors, si tu m’attaques là, je t’attaque, et le but ça va être pour les Noirs de faire en sorte que le centre blanc avance et une fois qu’il est bien, bien loin de ses propres bases on va le prendre, on va le détruire, voilà et il y a peut-être moyen de récupérer un pion dans l’affaire quoi, voilà. Donc, c’est d’autres idées.

Et au niveau du jeu, eh bien encore aujourd’hui, il y a ces trois styles de jeu. Alors le romantique n’est plus très, très utilisé de nos jours, mais bon ça se joue encore, et puis il a récupéré les idées de jeu classique et du début des débuts modernes. Mais aujourd’hui, la plupart des joueurs commencent à apprendre le classique et ensuite le moderne, voire l’hyper moderne. Et alors là, c’est des idées modernes, donc contrôler le centre non pas avec des pions et les pièces ensuite, mais de loin avec les Fous en fianchetto par exemple, ou bloquer le centre et attaquer sur les côtés ou enfin bon, c’est des trucs beaucoup plus, enfin, c’est des idées novatrices qui sont différentes, voilà.

Et donc, lors du choix d’ouverture, il faut comprendre quelle est la différence entre un début classique, un début moderne ou un début romantique, enfin tactique à fond.

Voilà, c’était quelques idées, donc qu’est-ce que je n’ai pas dit ?

Donc, on a parlé des débuts ouverts, semi-ouverts, il y a les débuts fermés qui commencent comme ça, d4 d5, et tout ce qui va suivre, ça va être des débuts fermés. Donc, le gambit Dame est un début fermé etcetera. Ce n’est pas parce que c’est un début fermé que le jeu va être fermé.

Diagrame montrant une ouverture ferméePar exemple, si on prend un espagnol fermé, ça se joue comme ça, voilà. Et puis, au bout d’un certain, très rapidement, on va se retrouver avec plein de pièces de partout, voilà, tac, tac, tac, tac, hop ! On protège, on vient se mettre là. Là, il y a un truc, on se protège. D’abord, il faut faire ça, voilà. Non, c’est aux Noirs de jouer. Donc, d’abord, hop là ! D’abord, on roque, voilà.

Vous voyez pour un début ouvert, c’est quand même assez positionnel et stratégique. Ce n’est pas je t’attaque, tu te défends, je t’attaque, tu te défends. C’est on place ses pièces et chaque coup va peut-être, peut-être, je dis bien peut-être, avoir un sens dans cinq ou dix coups quoi.

Alors, ce n’est pas parce que c’est un début ouvert que forcément, ça doit être un jeu ouvert derrière. Et pareil pour un début fermé, ce n’est pas parce que c’est fermé à la base que ça ne va pas très vite devenir ouvert et trucidant. Ça va faire vite mal quoi, voilà.

Donc, c’était pour les débuts, donc début ouvert, début fermé. Semi-fermé, donc c’est d4 et autre chose.

Par exemple, tout ce qui est indienne, c’est du semi-fermé. Et puis après, il y a encore les attaques par le flanc. Par exemple, l’anglaise est une attaque par les flancs… La bird, enfin bon, il y en a plusieurs, quoi. Voilà.

Donc, début ouvert, semi-ouvert, début fermé et semi fermé, et attaque par les flancs, et les philosophies du jeu, c’est-à-dire romantique où on attaque, on attaque, tel le gambit roi par exemple.

Les débuts classiques… l’italienne est un début classique l’espagnol est un début classique, voilà. Et voilà… Et les modernes qui fonctionnent avec des idées novatrices. Alors, pour vous y retrouver avec les débuts romantiques, les débuts classiques et les débuts modernes, ça se joue déjà dans le nom. C’est souvent dans le nom se joue alors ce n’est pas… il y a des exceptions mais entendu mais par exemple, un gambit c’est souvent une ouverture romantique, bon sauf pour le gambit dame, mais c’est souvent le gambit Roi, le gambit benko, c’est souvent du romantique. Tout ce qui est ouverture avec le nom d’un pays italiennes, anglaises, qu’est-ce qui a encore, enfin bon, tout, la française, voilà tous ces noms, c’est souvent décédé début classique. Et pour commencer, pour avoir un jeu très constructif, les débuts classiques, c’est le top !

Et tout ce qui est moderne, c’est en général le nom d’une personne. Donc, début Nimzowitsch, débuts Alekhine, débuts… qu’est-ce qu’on a encore ? On en a plein, il y a l’orang-outang, mais bon, ça, c’est autre chose. Début Owen, Caro-Kann, tout ça c’est des débuts modernes, voilà.

On fera l’occasion un cours sur comment choisir son ouverture et ces notions sont importantes pour ce cours.

À bientôt !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *