Ouverture Initiation à quelques principes

Sommaire :

  • Les buts de l’ouverture
  • Les exemples de déplacements
Photo montrant la vidéo du cours "initiation aux ouvertures".
Vidéo accessible sous abonnement

Pour ceux qui préfèrent la version texte :

Coucou, c’est Fafache !

Nous allons voir maintenant quelques principes de l’ouverture.

Les buts de l’ouverture

Alors, l’ouverture, ça commence comme ça : le jeu est à la base et ce sont les Blancs qui commencent.
Alors, un des premiers buts de l’ouverture, c’est de conquérir le centre et de développer ses pièces.

Les exemples de déplacements

Actuellement là, quand aucun mouvement n’a été joué, chaque pion peut jouer de deux façons différentes, et les cavaliers peuvent jouer de deux façons. Donc, il y a 10 pièces x 2, ça fait 20 coups.
Dès qu’on va commencer à sortir un pion, comme ceci, on va multiplier le nombre de coups possibles Donc, il y a toujours 19 coups possibles + 4 coups pour la Dame + 5 coups pour le Fou.

Diagramme d'échecs montrant les possibilités de déplacement pour la Dame et le Fou.Donc, rien qu’en sortant un pion, on augmente de 10 coups, quasiment, le nombre de coups possibles et ainsi de suite. Donc là, actuellement, le Fou-là peut se déplacer sur une, deux, trois, quatre, cinq cases qu’avant, il y a le roi qui peut encore bouger, alors je disais cinq cases, oui voilà, ce n’est pas 10, c’est neuf, cinq cases, il y a le Roi encore qui peut bouger, et donc je disais cinq cases de plus qu’avant.

Alors, prenons une réponse de l’adversaire, pas celle-là, pas forcément, hop, voilà, ceci. Eh bien, actuellement, les Blancs peuvent jouer ceci.

Diagramme d'échecs montrant le déplacement du cavalier et du fou.Et regardez ce Fou, il va pouvoir maintenant aller sur une, deux, trois, quatre, cinq, six, sept, huit cases. Donc, le potentiel de ce Fou a augmenté. Avant, il ne pouvait aller sur aucune case, puis cinq, puis huit.

Diagramme d'échecs montrant les possibles déplacements du fou.Et non content de cela, on a sorti une pièce qui va pouvoir améliorer le roque, le roque qui est un coup de développement. Pareil pour le Cavalier.

Hop, on va avancer un pion. Et là, toutes les pièces vont pouvoir sortir les unes derrière les autres.

Donc, je ne sais pas moi, il faut jouer ça, voilà. Et on va pouvoir, je ne sais pas moi, par exemple, jouer ce pion en disant “si tu prends le pion, je vais reprendre le pion et en même temps, je vais développer une pièce, c’est à dire que tu as joué deux fois ce pion et ce pion tu ne l’auras plus.”. Je vous montre : “et ce pion tu ne l’auras plus”, voilà.

Donc, j’ai développé deux pièces, deux pions.

Diagramme d'échecs montrant deux pièces et deux pions développés.Donc, c’est aux Noirs de jouer, elles peuvent simplement répondre comme ceci. Mais là, on a sorti deux pions. Donc, on contrôle un peu mieux le centre avec une case, deux cases.

Diagramme d'échecs montrant le déplacement du cavalier et les cases convoitées.Cette case (en jaune) est légèrement contestée et va très vite devenir vraiment contestée, cette case est un pourparler. Cette case (en rouge) , elle est un petit peu contestée, et encore, mais elle est fermement maintenue. Et cette case (en vert), elle n’est quasiment pas contestée. Et voilà.

Donc là, c’est un exemple parmi tant d’autres. Mais le but de l’ouverture au début, c’est de sortir toutes ses pièces et augmenter le potentiel offensif, défensif, enfin tout ce que vous voulez, le potentiel de mouvements de ses pièces.
Donc, si un coup consiste à rebouger le fou, par exemple, si une pièce qui a déjà été développée, par exemple, un coup assez stupide pourrait consister à, hop, mettre le Cavalier comme ceci (flèche verte).

Diagramme d'échecs le déplacement du cavalier.Donc, le Cavalier est sorti de là (flèche jaune). et il est revenu là (flèche verte). En plus, il bouche la diagonale du Fou (case jaune). Donc, le Fou ne va pas pouvoir sortir tout de suite. Donc voilà, ça par exemple, c’est un mauvais coup. Alors, il n’y a pas de conséquence immédiate, on est d’accord. Mais à long terme, ça va créer des problèmes.
Hop, on va roquer, on va créer une Tour qui va aller sur le roque, etc.

Donc voilà, il faut retenir deux choses, trois choses : le but de l’ouverture, dans la mesure du possible, c’est de conquérir le centre car depuis le centre, on va pouvoir soit attaquer le centre, soit attaquer sur une aile, soit attaquer sur une autre aile. Mais depuis la position centrale, on a beaucoup plus de possibilités, un potentiel d’attaque beaucoup plus fort que depuis une aile.
Deuxième principe, il faut dans la mesure du possible développer ses pièces, le plus rapidement possible. Ça veut dire que toutes les pièces doivent jouer une fois et une seule fois. Alors, bien entendu, il peut arriver que si on nous attaque comme ceci par exemple, on doit rebouger une pièce qui a déjà été développée. Mais on a gagné un pion, donc est-ce que c’est une mauvaise idée, quoi ? Voilà.

Donc, ce n’est pas une loi d’airain infranchissable, etcetera. On s’adapte. Mais dans la mesure du possible, l’idéal à obtenir, c’est une pièce qui a été développée ne doit pas être rejouée inutilement. Si par son mouvement, on obtient un gain ou une position bien plus favorable, ou qu’on sauve une partie, ou qu’on défend correctement, alors on peut rejouer cette partie. Mais sans quoi, dans la mesure du possible, on ne rejoue pas une pièce qui a déjà joué.

Donc, c’est aux Blancs de jouer. Eh bien, tiens on va faire ça (flèche verte). Ça va développer, on met les tours en batterie, les tours vont sûrement se mettre sur la colonne ouverte là, et attaquer.

Diagramme d'échecs avec un déplacement du cavalier et la colone de la tour.Donc je résume :
La conquête du centre : développer les pièces, mettre le Roi à l’abri, typiquement avec un roque. Et une fois qu’on a conquis le centre et développé les pièces, on peut attaquer. Si on le fait plus rapidement que l’adversaire, on a un avantage ; c’est ce qu’on appelle un avantage dynamique. C’est-à-dire que normalement, on n’a pas un avantage à long terme, on a un avantage sur le moment. Si on l’exploite sur le moment, on peut en faire quelque chose. Mais sinon, l’avantage dynamique va s’épuiser petit à petit. Et après, il va s’estomper.
Donc, si pour obtenir cet avantage dynamique, on a sacrifié quelque chose, eh bien, si on ne l’exploite pas en avantage dynamique, on le perd, et donc, on perd ce qu’on a échangé, quoi.

Par exemple, il existe des ouvertures, je vais vous montrer ça.
Donc, par exemple, il existe des ouvertures qui consistent à faire un gambit, c’est-à-dire qu’on offre un pion mais en échange d’un avantage dynamique, d’un développement plus rapide etcetera, etcetera. Donc, dans ce cas-là, par exemple, on prend.

D’abord, on met le Cavalier pour éviter des problèmes avec la Dame. Et puis là, si les Noirs essaient de défendre, nous, on va continuer à se développer.
Regardez, les Blancs ont le centre.
On attaque le Fou. Donc, ils vont attaquer. Pas de souci, on va attaquer là. Le Fou est obliger de rejouer.
Vous avez vu ? On a perdu un coup de développement.
Et là, le Fou va pouvoir sortir. Et nous avons plein de pièces développées alors que les Noirs sont empêtrés.

Regardez, si le Cavalier sort, il ne peut pas sortir, le Fou est dans la trajectoire, il ne peut pas vraiment aller quelque part. Et voilà comment on a des problèmes !
Alors après, bon, il y a plusieurs choses à faire, mais on a sacrifié un pion, le pion-là ; donc là, on a un pion de moins contre un avantage dynamique.

Diagramme d'échecs montrant le sacrifice d'un pion.Et en plus, on s’est servi de cet avantage dynamique pour reprendre ce pion. Voilà.
Donc là, on a développé deux pièces, et on va pouvoir développer toutes les autres pièces alors que les Noirs ont leurs pièces obstruées.
Ce Fou (en rouge) ne peut pas sortir, ce Cavalier (en rouge) ne peut pas sortir, ce Fou (en jaune) ne sert à rien, ce Cavalier (en vert), il sert un petit peu, quoi.

Diagramme d'échecs montrant les pièces des Noirs obtruées.Bon bah, il est possible qu’il y ait une attaque qui surmonte, quoi.

Voilà, c’était les principes de base de l’ouverture. Après, il va falloir les travailler, je vais vous montrer des exemples au fur et à mesure.

À bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *