Tactique exemples de clouages #1

Sommaire:

  • 5 exemples de clouage et de son exploitation
image de la vidéo
Vidéo accessible sous abonnement

Pour ceux qui préfèrent la version texte:

Coucou, c’est Fafache !

Donc, nous allons voir cette fois-ci quelques exemples de clouages, enfin comment exploiter un clouage, etcetera.

Donc, je vous rappelle, un clouage, c’est quand une pièce ne peut pas bouger parce que derrière, il y a un Roi, une Dame ou des trucs comme ça.

diagramme d'échecs avec un exemple de clouage

Exemple 1 :

Bien, ça, c’est une partie de 1974, ça date un peu. Et voilà, tout est parti de là.

Diagramme d'échecs avec la position 01

La Dame là et le Fou, les Noirs, se sont dit tiens, ce Cavalier-là, il est protégé une seule fois, donc on peut le prendre finalement, après tout. Donc, qu’est-ce qu’ils ont fait ? Bah, ils ont pris. Et si le Fou reprend, eh bien, on a perdu un Cavalier et… Enfin, ils ont récupéré un Cavalier et ils ont récupéré un pion de quelque part, quoi.

Manque de bol, la réponse a été différente. C’est-à-dire que là, ils ont dit bon, ok, si tu prends le Fou, je prends ta Dame. C’est aussi simple que ça. Et si derrière, tu reprends la Tour, je reprends la Tour, j’aurai perdu un Fou et une Tour contre une Dame et Fou.

Donc, on fait le compte, ça fait 3 + 5 = 8 contre 9 + 3 = 12. Huit à 12. Bon bah, il y a quatre points de différence, ça peut faire très mal, sachant déjà qu’il y a un point de différence, quoi.

Donc, ils ont essayé de se sortir de ce truc en disant bon bah, au pire, j’aurai un pion doublé là, au milieu et ce n’est pas beau !

Ouais, mais les Blancs ont dit non, non, très bien, tu abandonnes ton Fou, je le prends. Les Noirs ont placé un pion là, comme ceci. Et à partir de là, tant que le Roi est derrière, ils auraient peut-être dû bouger le pion, le Roi derrière. Mais derrière, il y avait le Cavalier qui bougeait, il y avait le Fou qui venait là, il y avait toujours un schéma où il n’y a pas vraiment moyen de s’en sortir.

Et regardez, là, la Dame est clouée avec le Roi. C’est-à-dire que quoi qu’il se passe, là, c’est perdant, quoi. Il n’y a rien à faire, on reprend, on reprend, voilà, c’est foutu !

Donc, on a exploité quelques clouages. Voilà. Donc là, il y en a un relatif, en disant si tu prends là, je prends là. Donc, c’est possible. Mais il y a un autre clouage là avec le Roi qui lui est par contre absolu.

Et donc, la seule possibilité pour les Noirs, c’est soit de prendre là, soit d’abandonner le Fou, récupérer le pion, et voilà, c’est ce qu’ils ont fait.

Et là, nous avons un autre clouage absolu avec une Dame. Alors là, c’est gagnant, c’est facile, quoi.

Exemple 2 :

Ok, un autre exemple.

Diagramme d'échecs avec la position 02

Alors, dans cet exemple, qu’est-ce qu’on voit ? On voit que si la Dame là descend là, il y a mat. Donc là, la Dame adverse n’a pas le temps de descendre pour créer des trucs et des machins. C’est tout de suite problématique. Il faut faire quelque chose pour les Noirs.

Bien, ils sortent de là… avec un échec, hein. Donc voilà, le seul moyen de s’en sortir, c’est avec des échecs. Ok, échec. Et là, hop, il bloque le passage de la Tour. Donc, il n’y a rien à faire si j’ose dire, le mat ne fonctionne plus.

Oui, mais là pour l’instant, le Fou est devant, il empêche le mat, mais si on met la menace à exécution, le Roi va se retrouver derrière le Fou.

Et à partir de là, ce Fou va être défendu une seule fois et c’est tout. Et donc, on va pouvoir exploiter le fait que ce Fou soit cloué, et voilà. Donc là, au prochain coup, il n’y a pas vraiment d’options, on ne peut pas attaquer, on ne peut pas se défendre, on ne peut pas re-protéger, on ne peut pas bouger le Fou.

Au prochain coup, ce Fou va être pris puisqu’il est bloqué. S’il n’était pas cloué, il aurait juste à se déplacer, voilà, fin de la menace. Mais là, il est bloqué.

Exemple 3 :

Allez, encore un autre exemple :

Diagramme d'échecs avec la position 03

Alors là, on va exploiter longuement un clouage.

Alors, qu’est-ce qui se passe, qu’est-ce qu’on voit ?

Au niveau équilibre, les Noirs ont encore la paire de Fou et un pion contre une Tour. Donc, c’est serré, quoi. On ne peut pas dire qu’il y a un avantage complet pour les Blancs, mais les Blancs vont exploiter tout ça.

Donc, première chose, on propose d’échanger l’autre Tour contre une Tour. Bon, pas forcément un bon deal.

Et là, hop, on vient attaquer ce Fou. Donc, regardez, hop, on a littéralement mis en échec. Si le Roi part derrière, on prend le Fou et il y a un mat. Donc, les Noirs sont obligés de reprendre.

Et derrière, on va encore attaquer avec le Fou, et récupérer normalement ce Fou. Et donc, on aura gagné un pion si j’ose dire. Et sans compter la déstructuration de la chaîne de pion. Et le Roi n’est plus protégé. Donc, il protège en disant ah, tu as cru que tu allais t’en sortir, mais non. Ok, pas de souci. Hop, il re-protège… Et on attaque ! Allez.

Alors là, il ne se passe pas grand-chose.

Et vous voyez le petit pion là ? Il va venir attaquer le Cavalier parce que là, il n’y a que deux défenses, il y a deux attaques. Allez, on défend. Et le Roi n’a plus qu’à venir.

Alors là, il pourrait récupérer la qualité, et donc il s’en sortirait bien, mais ils seront un peu gourmands les Blancs, ils se disent bah regarde maintenant, t’es foutu, tu ne peux plus revenir là, parce que si tu reviens là, je prends et tu ne peux pas reprendre, tu ne pourrais reprendre qu’avec le Roi. Tu ne peux pas bouger le Fou, tu ne peux pas bouger ce pion, si tu avances le pion, je reprends, il n’y a pas de souci. Ce pion, tu ne peux pas le bouger, c’est ce qu’on appelle un “Tzuswang”, c’est-à-dire que quoi qu’il se passe, les Noirs sont perdants.

Donc voilà. Et ce Fou est toujours, et continuellement, cloué. Et à partir de ce moment-là, on immobilise les pièces les unes après les autres, et on vient attaquer là-dedans, et voilà, ça fait le travail.

Encore une autre ? Allez, on est parti !

Exemple 4 :

Allez, on est parti. Alors, ça va commencer un peu plus tôt,

Diagramme d'échecs avec la position 04

mais qu’est-ce qu’on constate ? On constate que ce pion est menacé et cloué avec le Roi derrière. Donc, c’est un clouage absolu.

On s’en fiche, le pion ne va pas bouger. Mais il va y avoir tout un tas d’attaques, et puis toutes les pièces qui vont défendre ce pion vont être clouées à leur tour, sauf si on prend avec le Fou.

Et pour déclouer ça, c’est compliqué puisque le Roi est bloqué avec la Tour. Donc, il n’y a pas vraiment de bonnes solutions. Il faudrait sacrifier la Tour, mais ça, ça implique d’autres problèmes.

Alors, on va voir ça tout de suite. Alors, déjà là, on voit une découverte – je ne sais pas si vous avez déjà vu le cours sur la découverte – mais hop, la Tour est attaquée.

Et en même temps, on va attaquer là. Donc, ça ne peut être que mauvais. Allez, on prend.

Donc là, la Tour est clouée.

Alors, vous allez me dire oui, mais si on regarde bien, il y a une Tour, un Fou et une Dame, et là, il y a deux Tours, un Fou et une Dame. Donc, c’est bon, les Noirs s’en sortent très bien.

Ah mais hehe, hop, on re-attaque le clouage. Donc là, la Tour, on va pouvoir la récupérer. Et puis, derrière, il y a des menaces de mat. Si on amène la Dame là, c’est mat, quoi. Et voilà.

Donc, la Tour ne peut pas venir défendre le Roi. Le Roi est coincé. Si la Dame bouge, le Fou reprend, il y a échec et mat. Si… Voilà, tout est coincé parce qu’il y a un clouage là.

Il y a un clouage là, le Roi est coincé, voilà. C’est une chose à chercher aux échecs : empêcher les mouvements de l’adversaire. À partir du moment où il est bloqué de partout, les Blancs font ce qu’ils veulent, et ils prennent le Roi comme au passage.

Allez, une petite dernière, et puis ce sera tout pour aujourd’hui.

Exemple 5 :

Alors là, il ne se passe pas encore grand-chose.

Diagramme d'échecs avec la position 05

Donc, qu’est-ce qu’on constate ? On constate que le Roi est face à une Dame, et il n’y a pas de protection. À aucun moment, il ne peut sortir. S’il va là, il y a encore des trucs avec des échecs, et puis ça peut refaire le tour. C’est très compliqué. Là, c’est dangereux, c’est très risqué de jouer, à essayer d’attaquer autrement.

Et si on regarde bien, il y a la Dame qui est en face du Roi là, c’est sur la même colonne. Il y a une Tour. Donc voilà, c’est foutu.

Donc, ils attaquent. Et on cloue cette Tour en disant si tu prends la Dame, je reprends ton Roi. Donc, cette Tour est clouée. Ça peut être une manière. Donc, non content de cela, il y a une menace de mat ici. Donc, ça paraît bon.

Mais entretemps, il y a… Ouais, ok, j’attaque ton Roi et ta Dame ne peut pas bouger. Si ta Dame bouge, la Tour reprend. Vous voyez, c’est tendu, hein. C’est clouage absolu mais pas tant que ça finalement. Une pièce qui est clouée en clouage absolu peut clouer une autre pièce. Et à partir de là, c’est foutu parce que le Roi doit bouger, donc il peut aller là, hein. Et la Tour va sauter. Et si après, tu veux échanger la Tour, il n’y a pas de souci, ça marche.

Donc, le Roi bouge et on prend. Et puis, bon bah, c’est foutu, quoi. C’est foutu. Quand on a perdu une Dame, ça marche moins bien, sans compter que cette Tour-là, elle est bien menacée aussi, donc on peut essayer d’attaquer. Il y a des pions en plus, enfin là aussi on dirait, mais voilà. Pour les Blancs, ça va être trop compliqué.

Voilà, c’étaient quelques exemples de comment exploiter un clouage.

À bientôt pour d’autres exemples !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *